Méthode

Respecter des principes de base
pour permettre les apprentissages :

 1° principe : demander à l’enfant de se taire pour se rendre attentif.
C’est à dire, porter son attention sur ce qui va être montré et ce qui sera dit.
Un court temps de pause (relaxation) en portant son attention sur sa respiration (sentir l’air qui rentre et qui
sort) est très efficace pour trouver le calme nécessaire pour apprendre.
il devra faire fonctionner ses yeux comme un appareil photo, pour fixer dans sa tête ce qu’on lui montre
et ses oreilles, comme un enregistreur pour conserver ce qu’on lui dit,
et ainsi :

il gardera en archive mentale (ou carte mentale) ce qu’il a vu et ce qu’il a entendu

toute sa vie.

 2° principe : différenciation perceptive entre le vu et l’entendu.
Lorsqu’on montre une lettre, un mot ou une image , on se tait.
Lorsqu’on dit un son ou un mot, on ne montre plus rien.
Au début, ne pas hésiter à rappeler ces 2 principes avant tout apprentissage.
Les enfants vont en prendre l’habitude et le feront spontanément.

 

 3° principe : temps du travail mental.
Faire des pauses pour laisser le temps à l’enfant de ranger dans sa tête, ne pas négliger ces pauses,
elles sont primordiales, car :
C’est en prenant son temps que l’on gagne du temps.

 

 4° principe : la répétition variée
Faire des révisions, ne pas aller trop vite dans la progression, faire des exercices variés autour d’un même
apprentissage pour l’archiver en mémoire.( cf exercices joints)

 

 5° principe : expliquer ce qu’on va faire et comment le faire.

 

 6° principe : ne pas travailler avec plusieurs objectifs en même temps.
Le premier objectif est d’apprendre à lire, l’écriture pourra être abordée dans un deuxième temps, utiliser une
boite de lettres pour travailler la transcription (cf matériel à construire).
Le geste graphique ne doit pas être abordé avant la maturité neuro-motrice qu’il exige, l’enfant écrira
alors sans difficulté, un apprentissage précoce le met dans des stratégies d’efforts qui entraveront durablement son geste.
Les pages d’écriture sont déconseillées et perdent leur sens depuis que les claviers ont envahi notre vie.

 

 7° principe : mettre l’enfant en situation de réussite et de facilité.
Les apprentissages doivent se faire dans le confort cognitif qui respecte les stades de développement neuro-moteur et psychologique de l’enfant.
La difficulté et l’échec provoquent de l”anxiété qui inhibe l’activité corticale.
Ne pas hésiter à lire plusieurs fois les mots et les textes, à souffler la réponse à l’enfant.

Réduire la quantité pour obtenir la qualité du travail.

Pourquoi le schéma centré et la carte mentale comme supports ?

Le schéma centré organisent sous nos yeux un « tout » et les éléments qui le composent, de façon claire et
esthétique, il permet à l’enfant de se constituer des cartes mentales (empreintes cognitives du perçu).
Il stimule les « va et vient » de la pensée entre l’analyse et la synthèse, deux activités nécessaires
pour apprendre.
Ce support facilite le travail de la compréhension et de la mémorisation, notre système nerveux central
retient mieux ce qui est organisé et classé, et parce que :

La motivation se nourrit du plaisir et de l’esthétique

Accueil » Livre » Méthode
17 novembre 2018